Ignorer et passer au contenu
Portrait #5 Infinipi : quand la Rue Rencontre les Mathématiques 🧮 - Invasions.fr

Portrait #5 Infinipi : quand la Rue Rencontre les Mathématiques 🧮

Bonjour Infinipi, peux-tu nous en dire plus sur la personne qui se cache derrière ce pseudonyme ? Ainsi que sur le choix de ce dernier ?

Salut Florent, oui bien sûr ! 

J’habite à Miami en Floride. Mère française et père italien, j’ai grandi en Asie. J’ai un diplôme en informatique et mathématiques et je suis le directeur informatique d’une boîte ici. Ceux qui me connaissent personnellement savent que je parle plusieurs langues. 

À propos de mon pseudo, j’ai inventé Infinipi un peu par hasard, après avoir cherché et essayé d'en trouver plusieurs autres, mais qui étaient déjà utilisés sur Instagram. La plupart de mes pièces, tourne autour du concept de Pi et de l’infini.

Pi = 3,14159…. alors commençons par Pi… pi est un nombre premier infini. Cela signifie que la partie décimale de pi ne se répète pas et continue indéfiniment. Maintenant, je suis mathématicien et je travaille avec des ordinateurs, donc si je devais créer un algorithme qui prendrait la partie décimale de pi et convertirait ces chiffres en lettres, ces lettres finiraient par devenir des mots. Ces mots finiraient par commencer à créer des phrases. Cela signifie que dans pi, vous trouverez chaque phrase que vous prononcerez dans votre vie. Vous trouverez le nom de chaque parent et des personnes que vous aimerez. Vous trouverez tous les livres que vous lirez. vous trouverez de tout pour toujours!

Ensuite, beaucoup d’artistes, spécialement ceux qui font du Street Art, écrivent leur nom partout pour dire au monde qu’ils sont là. Moi je simplifie tout ça et je mets simplement un Pi- comme ça j’ai tout dit sans rien dire ! 🤣

J’espère que t’as compris quelque chose hahahahaha

Quel a été ton premier contact avec l’art urbain ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer là-dedans ?

Je ne me souviens pas si j’ai commencé à m’intéresser au street art à Rome ou à Miami.

Je vis à Miami depuis plus de 30 ans et la scène a beaucoup évoluée ici. En grandissant, j'étais un grand fan de Keith Haring et j'avais peint ses personnages à très grande échelle sur les murs de ma chambre.

Après ça, je n'ai pas vraiment fait grand-chose sur le plan personnel à part admirer le travail des autres à l’époque.

Ce n’est que lorsque j’ai remarqué que les Invader disparaissaient à Miami que j’ai cherché davantage comment les réparer. Ce fut un processus très long et difficile pour pouvoir commencer à réactiver des pièces ici. Il a fallu plus de deux ans pour finalement être accepté. La difficulté ici aux États-Unis est de trouver les bons carreaux, donc je me suis retrouvé avec beaucoup d'extras que je commandais dans les magasins et ils ne correspondaient pas et j'ai finalement commencé à fabriquer mes propres pièces.

Si tu devais définir ton style en 3 mots, lesquels seraient-ils ?

Dans -- ma -- tête. Hahaha

Je pense trop. En général, mon travail concerne les détails, mais pas nécessairement les détails de la pièce elle-même, mais il peut s'agir du détail de la couleur correspondant au mur sur lequel se trouve la pièce. Il peut s'agir de couleurs qui me rappellent le lieu ou le pays où il se trouve. Il n’y a pas vraiment de norme, mais il y a toujours une explication, c’est pourquoi je dis que tout est dans ma tête. 😉

Peux-tu nous en dire plus sur ton processus de création ?

Cela varie vraiment.

Certaines pièces que je réalise sont destinées à des expositions en galerie, qui ne se limitent généralement pas aux symboles pi ou à l'infini, mais comprennent des pièces plus élaborées comme un flamant rose grandeur nature ou des pièces que je conçois pour soutenir une cause en laquelle je crois.

En ce qui concerne les pièces complexes, j'utilise généralement une photo que j'ai prise, je la mets dans Photoshop et je la simplifie jusqu'à atteindre un niveau de pixel granulaire. Ensuite, je trouve des couleurs similaires et j'assemble la pièce.

Il arrive parfois que je trouve un endroit et que je pense à la pièce que j'aimerais y placer. Dans ce cas, je mesure généralement l'endroit pour essayer de maximiser l'espace autant que possible.

Enfin, je crée des pièces génériques dans des coordinations de couleurs que j'aime, sans savoir où elles iront. J'aime leur apparence et j'essaie généralement de trouver un endroit qui correspond à la pièce.

J'ai réalisé plusieurs carreaux qui sont en fait des carreaux gravés au laser. Ceux-là ont l'air vraiment cool car ils permettent beaucoup de détails, donc ceux-là sont généralement créés dans Illustrator puis gravés.

Quelles sont tes principales sources d’inspirations ?

Je dois dire que ça dépend beaucoup de mon humeur et de mon jour à jour.

Pour les pièces plus grandes, j’essaie d’inspirer ceux qui les voient, c’est pour ça  qu'elles incluent souvent des mots.

La vérité est que très souvent les morceaux naissent de la douleur, du stress, ou d’une certaine forme de mélancolie. Elles sont ma thérapie, pas tant les pièces elles-mêmes, mais plutôt le processus de fabrication.

Quel est pour toi le spot idéal pour coller tes œuvres ?

Un endroit où elles peuvent être vues par beaucoup de gens qui leur permet de réfléchir et où elles ne seront pas volés. 

Peux-tu nous raconter ta première mosaïque (de l’idée jusqu’à sa pose) ?

La première, je ne m’en souviens pas exactement parce que j’avais des carreaux que j’avais préparés pour un essai d’une pièce d’Invader.

Mais la première pièce dont je me rappelle avait un fond rouge et un pi "photo réfléchissant". Elle n’a duré même pas 24 heures parce que je m'étais trompé de colle… la pièce a glissé et s’est décrochée du mur. 

Quelque chose qui n'a rien à voir avec ça, c'est le fait que la plupart du temps je n'arrive pas à coller mes pièces droites. Quand je les pose, je ne sais pas si le stress vient du fait que je n'arrive pas à les aligner correctement, mais à plusieurs reprises, j'ai dû essayer de réajuster une pièce déjà posée parce qu'elle était tordue. J'ai même utilisé un jour mon téléphone pour faire office de niveau à bulle. 🤔

Quelles villes et pays as-tu envahis ?

Plusieurs villes aux États-Unis, et plusieurs villes dans plusieurs états.

En France, j’ai posé des pièces à Paris, dans le Languedoc, et sur la Côte d’Azur.

À part ça, en Italie, Norvège, Portugal, Angleterre, Jamaïque, Brésil, Thaïlande, et il doit y avoir quelques pays que j'ai plus en tête et que j'ai oubliés…

As-tu une idée du nombre de mosaïques que tu as posées ?

Oui et non hahaha j’avais une carte où je marquais toutes les pièces que je posais, mais ça fait plus d'un an et demi que je ne la mets pas à jour…

Du coup, je crois avoir posé aux alentours de plus de 200 pièces. Certaines beaucoup plus grandes que les autres.

Et parfois, je ne les pose pas, mais je les laisse dans la rue pour que quelqu'un les trouve. Ici à Miami, nous faisons souvent le #FreeArtFriday.

Et je n’ai vraiment aucune idée du nombre total de pièces que j’ai montées…

Quelle est ta mosaïque préférée ?

Des miennes ? Hmm, je crois que ça doit être ma pièce « arlequin » faite entièrement avec des morceaux de verre.

Des autres ? J’adore le travail de Renée Malaval et de beaucoup d’artistes qui poussent le concept de la mosaïque vers de nouvelles frontières.

Est-ce que tu as une mauvaise expérience à nous raconter ?

Pas mauvaise dans le sens négatif, mais au début de l’année j’étais en Italie et je voulais préparer une collaboration avec un copain de Street Art italien @merioone et je suis donc allé acheter des matériaux à Leroy Merlin.

J’ai toujours monté toutes mes pièces aux États-Unis alors je n'avais aucune idée des colles qu'il fallait utiliser en Europe… résultat, j’ai monté une énorme pièce où la colle n’a pas tenu très fort… alors j’ai essayé de compenser avec du flex italien qui était encore pire… à la fin, j’ai tout laissé tomber, parce que la pièce ne tenait pas du tout en conditions de pose.

Quels sont tes projets artistiques et tes envies pour cette année ?

À part mes pièces normales, je devrais faire un grand mural dans une école publique ici.

À part ça, si tout va bien à la fin de l’année, j’espère pouvoir avoir des pièces dans des galeries pendant Art Basel, la grande foire de l’art à Miami en décembre.

Et sinon, à part la mosaïque, je continue à faire beaucoup d’essais avec la résine et la peinture.

Ton rêve le plus fou ?

Je dois être honnête et dire que je ne sais pas rêver de façon folle.

J'ai des ambitions qui, alors que je suis assis ici à réfléchir à cette réponse, se matérialisent lentement par la cohérence. Je ne nierai pas le fait que lorsque j'ai commencé à réaliser des mosaïques, j'avais la vision d'être un artiste super populaire, mais la réalité est que je ne me soucie pas vraiment de la popularité, ce qui m'importe, c'est le sentiment que le l'art évoque en moi et j'aime vraiment voir comment les gens y réagissent.

Je sais que ce n’est pas "pour tout le monde" et je sais que probablement 90 % des gens se demandent pourquoi j’utilise des symboles mathématiques comme street art. Mais encore une fois, je fais cet art pour moi et si cela résonne avec quelqu'un d'autre, ou si cela provoque un sentiment ou une réaction de quelqu'un d'autre, alors j'ai l'impression d'avoir rempli ma mission.

Et pour finir, quel artiste voudrais-tu que j’interview pour le prochain portrait ?

Hmm si tu te réfères à artistes mosaïstes, je dirais @_Sil_Sil_ au Brésil. 

Comment te suivre (site, compte instagram, pseudo Flasher…) ?

Instagram : @infinipi

Site internet.: www.infinipiart.com 

---

Un grand merci d'avoir pris le temps de répondre à mes questions, belle continuation à toi !

 Crédit photos @Infinipi

Article précédent
Article suivant

Nos autres articles

Des dimanches gourmands et créatifs : Brunchs Mosaik au Café Beaubourg ! 🥐

12 avr. 2024

Des dimanches gourmands et créatifs : Brunchs Mosaik au Café Beaubourg ! 🥐

Vivez des moments de convivialité et de créativité lors des brunchs Mosaik au Café Beaubourg. Découvrez comment Invasions.fr transforme les dimanches en chef-d'œuvre artistique !
Portrait #6 _steifff : pixel odyssey, inside _Steifff's Artistic World ⚽ - Invasions.fr

8 avr. 2024

Portrait #6 _steifff : pixel odyssey, inside _Steifff's Artistic World ⚽

From Aachen in Germany, discover his journey from graffiti to pixel art, influenced by Invader, the French urban culture and his football team. His pseudonym, meaning "stiff", reflects his unique style. Despite time constraints, he continues to create, aiming to inspire others with his pixelated, retro, and authentic style.
Portrait #5 Infinipi : quand la Rue Rencontre les Mathématiques 🧮 - Invasions.fr

2 avr. 2024

Portrait #5 Infinipi : quand la Rue Rencontre les Mathématiques 🧮

Infinipi, artiste de Miami, dévoile son mariage insolite entre mathématiques et street art. À travers ses mosaïques, il explore l'infini de Pi. Son art, né d'un mélange de douleur, mélancolie et de réflexions, défie les normes pour chercher à déclencher une émotion via cette connexion avec le spectateur.

Fabriqué en France avec amour

Nos kits sont imaginés et assemblés dans notre petit atelier artisanal à Marseille.

Livraison rapide et soignée

Comptez moins de 24h de préparation de commande et 2 à 4 jours de délai de livraison.

Paiement sécurisé

Paiement sécurisé par Visa, Mastercard, American Express, Apple Pay et Paypal.

Nous sommes à votre écoute !

Un doute ? Une question ? Nous sommes joignable par e-mail et via le tchat. Délai moyen de réponse : 1h.

Back to top

Pack de stickers offert dès 100€ d'achats (à ajouter au panier soi-même)

Panier

Votre panier est vide

Boutique